Le jour où l’on vole Roberta

Roberta téléphone à sa fille.
L’heure est grave.
Plus rien ne sera plus jamais comme avant.

Roberta hurle ô scandale à l’autre bout du fil.
Mais où va donc la société?!
Où sont passé les gens honnêtes.
A son époque, jamais l’on aurait osé.
« Mais que se passe t-il? » s’enquiert sa fille alarmée par l’état de sa mère.
Roberta suffoque: « on m’a volé mes crackers! »

Elle s’insurge.
Oui, on lui a volé ses crackers.
On a profité de son grand âge et de sa générosité.

Serait-ce la jeune locataire du bas, ou encore l’artiste chevelu du haut?
Ils ont tous les deux eu des occasions.
De trahir sa confiance.
Elle qui les a accueilli et hébergé en bonne Samaritaine.
Ils sont les suspects numéro un.

Mais Roberta n’exclut pas complètement la piste de l’infirmière qui passe le matin ou du kiné de l’après-midi.
De nos jours on ne sait plus à qui se fier.

Cela pourrait tout aussi bien être la voisine passée hier prendre de ses nouvelles.
Une ruse pour lui piquer ses crackers oui!
Heureusement pour elle, son alibi est solide: elle n’aime pas les crackers.
Roberta s’en souvient bien.
Elle les refuse à chaque fois.
La voisine préfère de loin les olives.

Seul monsieur le curé échappe aux accusations de Roberta.
Il serait blasphématoire de suspecter un homme d’église.

Roberta n’en restera pas là.
L’affaire ne sera close qu’après punition du coupable.

Les enfants de Roberta furent tous informés du délit.
La famille entière se joignit à l’investigation.
Les hypothèses fusèrent.
Mais aucune évidence concrète apparue.

Faute de preuve, l’affaire fut classée sans suite.
Seul le temps apaisa la colère de Roberta.
Et éventuellement l’incident fut oublié.

Puis un jour, alors que Roberta fouillait son armoire à la recherche d’un chapeau.
Elle y trouva une boite en fer.
A l’intérieur un vieux paquet de crackers.

Il ne s’agissait pas là de son chapeau.
Elle referma la boite et la replaça dans l’armoire.

Photo by Alex Harvey on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :